Cours de Tao Chi Qong

Montpellier

 

Les formes

(dont le Tai Chi Chuan s’est inspiré)

 

Cet Art de la santé et du bien-être est basé sur la connaissance des points d’acupuncture (points vitaux).

Il allie mouvement et respiration, jouant sur l’oxygénation du sang et nettoyant les organes, les nerfs, des toxines.

Cet art soulage le mal de dos et autres douleurs articulaires.

Enchaînement de mouvements ayant une signification précise, la forme mène à devenir sensible à chacun des mouvements effectués. Composée de postures amples et courtes elle rend le corps plus élastique, tout en renforçant ses parties internes. En étirant ses artères et les principaux vaisseaux sanguins, la forme améliore le flux sanguin, apportant un meilleur taux d’oxygène, ce qui favorise le Qi, l’énergie interne.

Pratiquée régulièrement, la Forme est source de sensations bénéfiques, apportant naturellement et sainement le bien-être, et ses sensations que certaines personnes iraient chercher ailleurs, comme dans des produits de synthèse.

La Forme du Tao Chi Qong (Tao Qi-Gong) est inspirée du yoga indien. Chaque forme est composée d’un long enchaînement de mouvements, étirant les veines et les artères, aidant à redisposer le corps dans sa nature faisant « travailler » la respiration, afin de respecter les organes internes.

La forme a pour but essentiel de révéler au disciple qu’il est lui-même, son propre et seul adversaire.

La pratique régulière, surtout soutenue, permet à notre nature particulière et la grande nature, de dialoguer, dialogue basé sur les cinq éléments.

Soulageant les douleurs articulaires, la forme soulage aussi le mal de dos.

Le Qi-Gong style Yang à l’attention des personnes âgés (mais pas seulement), a pour but la mise en place des articulations. Il travail l’équilibre et soulage le dos. Ce Qi-Gong, intégré à la respiration, renforce les organes vitaux et réduit l’hypertension.

 

Qi-Gong – Le Gwendao (style Boddhidarma)
Pratique du Chi-Qong à l’aide d’un bâton auquel on a ajouté aux extrémités deux bouts arrondis.
Cette pratique est possible à tout âge, notamment pour les personnes d’un âge avancé afin de les soulager sur les différents plans.
En effet, la pratique du Gwendao a pour but et conséquences d’entretenir un état satisfaisant des articulations. Cette pratique, surtout lorsqu’elle est régulière, permet la stabilisation du rythme cardiaque, tout en permettant au pratiquant de garder un bon équilibre physique dans les différentes tâches quotidiennes.
En parallèle, la pratique du Gwendao, par ses mouvements appropriés, permet d’éviter une propension aux blocages des muscles du haut du dos, ainsi que du cou (trapèzes). Conséquence bénéfique du Gwendao, ce dernier améliore la circulation du Qi (énergie interne).

Qi-Gong et méditation:

Le Qi-Gong, styles Tsan et Boddydharma.

C’est un Qi-Gong qui est une série de mouvements travaillée sur place qui renforce les organes internes, en dénoue les nœuds, et oxygène la circulation sanguine. La position assise (zazen) permet à l’individu le confort pour y arriver. Grâce à ce travail de Qi-Gong, on accède à ce que l’on appelle le mouvement dans le mouvement. La méditation fait travailler le souffle et la respiration. Elle apprend à l’individu à réguler, et ainsi, maîtriser cette respiration tout en stimulant le système immunitaire et activant ses neurones cérébraux. Elle est un anti-stress en enseignant à l’individu la relaxation et donne au cœur un rythme serein. Elle mène l’individu à plonger sur ses objectifs en l’amenant à se concentrer sur ces derniers. Le Tao-Qi-Gong étant une excellente préparation aux mouvements, il marque sa différence avec d’autres disciplines en préservant les articulations et les organes qui leur sont liés, mais aussi évite au corps l’usure de ces dernières.

La méditation:

Dans un premier temps, avant de pouvoir pratiquer la méditation il y a un travail qui permet de préparer le corps afin de protéger les articulations et autre endroits fragile du corps. Parfois trois années de pratique seront nécessaires afin de permettre au corps d’être « laché » autorisant ainsi la pratique de la méditation sans risque.

20140826_201708 (2)

Le bon moment pour la méditation est 3 heure avant le lever du soleil.

Prana est le principe de l’activité et du désir, qui sont des obstacles à la méditation.

Le soleil est la source de Prana. Quand le soleil se lève, le Prana s’active et il devient alors difficile de méditer.

Les oiseaux commences à s’agiter juste au lever du soleil.

Un pratiquant de la forme du Tao Chi Qong (Tao Qi-Gong) peut l’associer à la méditation Za-Zen en travaillant une heure et demie avant la Forme.

 

DMC_2